Articles

Côte d’Ivoire : tension post-électorale le gouvernement fait un pas vers l’opposition

Image
À moins de dix jours du scrutin, le gouvernement promet « d’examiner favorablement » les requêtes de l’opposition sur la réforme de la Commission électorale et ouvre la porte à une rencontre entre Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié.La restructuration  de la Commission électorale indépendante (CEI) avec un siège de plus pour l’opposition, l’octroi d’un poste de vice-président au Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA, d’Henri Konan Bédié) dans le bureau de l’institution électorale et la recomposition des commissions électorales locales. Mercredi, le gouvernement ivoirien a décidé de faire un pas vers l’opposition.Dans un communiqué signé de la main de Sidiki Diakité, le ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, l’exécutif promet « d’examiner favorablement et dans les meilleurs délais » les requêtes formulées par Henri Konan Bédié et Pascal Affi N’Guessan auprès de la délégation de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao)…

L'hommage à Samuel Paty : aura lieu à la Sorbonne "a indiqué l'Elysée"

Image
C'est la cour de la célèbre université parisienne de La Sorbonne qui accueillera l'hommage national à Samuel Paty mercredi en fin d'après-midi.Emmanuel Macron a choisi la cour de la Sorbonne, lieu symbolique de l'esprit des Lumières et de l'enseignement, comme lieu de l'hommage national à Samuel Paty mercredi en fin d'après-midi, a indiqué l'Elysée lundi. Ce choix de la Sorbonne plutôt que la cour des Invalides, lieu traditionnel des hommages, mettant ainsi à l'honneur la profession d'enseignant de la victime, a été fait "en accord avec la famille du défunt", reçue lundi matin par Emmanuel Macron, précise la présidence.le monument symbolique de l'esprit des Lumières"L'Elysée souligne que la Sorbonne est "le monument symbolique de l'esprit des Lumières et du rayonnement culturel, littéraire et éducatif de la France".  "Temple de la connaissance, lieu historique de l'enseignement universitaire français…

Attaque de Conflans-Saint-Honorine : L'imam Chaghoumi on ne peut pas décapiter quelqu’un

Image
Le président de la Conférence des imams de France Hassen Chalghoumi est apparu extrêmement ému et en colère lundi 19 octobre pour condamner l'assassinat de Samuel Paty.Lors de sa déclaration, l'imam Chaghoumi a pointé du doigt "internet, le numérique et les GAFA", appelant à une prise de conscience : "Réveillez-vous ! Soyons fermes ! Il y a des vies menacées, des personnes qui quittent la France pour aller vivre ailleurs, vous trouvez ça normal ?"Il insiste sur la nécessité de l’éducation : "Il faut valoriser les parents qui éduquent leurs enfants, qui assurent la sécurité de leurs enfants et il faut sanctionner les parents qui les abandonnent avant qu’ils deviennent des criminels et assassinent des vies, dit-il.  octobre à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), en compagnie d’une dizaine d'imams, pour faire une prière. "L’islamisme est une maladie de l’islam, il faut le combattre, déclare-t-il, très ému, face aux médias. Les pays musulmans le c…

Jean Castex présent place de la République avec Anne Hidalgo et Valérie Pécresse

Image
Le Premier ministre Jean Castex est présent place de la République, à Paris, à l'hommage à Samuel Paty, notamment aux côtés d'Anne Hidalgo et de Valérie Pécresse.Une minute de silence observée à Lyon et à ParisUne minute de silence a été observée dans les villes de Lyon et de Paris, respectivement place Bellecour et place de la République, en hommage à Samuel Paty.Jean-Luc Mélenchon appelle à "l'unité nationale"Jean-Luc Mélenchon, présent ce lundi place de la République, au rassemblement en hommage à Samuel Paty, appelle à "l'unité nationale"."On oublie tout, toutes les autres batailles et on se concentre sur la nécessité d'être ensemble. Parce que c'est marquer le poing contre l'ennemie, ils font ça dans l'intention de terroriser et de diviser. C'est un échec, on n'a ni peur et ni on est divisés", a-t-il indiqué.

Place de la république : des politiques dans les rassemblements, en ordre dispersé

Image
Jean Castex, mais aussi Jean-Luc Mélenchon, Anne Hidalgo ou encore Valérie Pécresse ont participé au rassemblement en hommage à l'enseignant tué vendredi.De l'extrême gauche à quelques représentants de la droite, plusieurs responsables politiques ont participé ce dimanche aux rassemblements organisés au surlendemain de la décapitation d'un enseignant dans les Yvelines, mais pas toujours dans un climat d'union.Le Premier ministre Jean Castex a prévu lui-même de se rendre au rassemblement place de la République à Paris.Les Insoumis critiquésCeint d'une écharpe tricolore et entouré de plusieurs députés de son parti, le leader de LFI Jean-Luc Mélenchon a déclaré devant la presse qu'il était "de notre devoir à nous républicains d'être présents" à ce rassemblement dans la capitale, alors que "le but de ces criminels est de nous diviser". Mais "le gouvernement devrait se poser des questions" sur ce qui a pu conduire à l'assassinat…

L'ex Premier ministre Valls, Mélenchon "a sa part de responsabilité dans cette lâcheté qu'il y a eu d'une partie de la gauche"

Image
l'ancien Premier ministre Manuel Valls, présent lors du rassemblement place de la République en hommage à Samuel Paty, a accusé Jean-Luc Mélenchon d'avoir "une grande responsabilité dans ce rapport de la gauche avec cette lutte contre l'islamisme".Il a sa part de responsabilité dans cette lâcheté qu'il y a eu d'une partie de la gauche. Après ce drame effrayant, ce qu'il faut c'est agir. Les querelles politiques c'est intéressante mais cela a ses limites", a-t-il ajouté.

France: Jean-Michel Blanquer "Il faut montrer que nous n'avons pas peur"

Image
Blanquer, présent ce dimanche, place de la République à Paris, à l'hommage à Samuel Paty a assuré qu'il faut montrer de l'unité."La République a été attaquée parce qu'un professeur a été assassiné. Donc quelles que soient nos différences politiques, syndicales ou autres il faut manifester de l'unité et montrer que nous n'avons pas peur face aux ennemis de la République", a indiqué le ministre de l'Education nationale.